Le coq s'est envolé... Extrait du Carnaval des Animaux (C. Saint-Saëns)

 



 
 

Le coq de Plouzélambre

La plupart des habitants de Plouzélambre ne se rappellent avoir vu l'ancien coq perché sur son clocher.
Pourtant, une photographie du siècle dernier le montre, (don d'un passant que nous remercions).
La présence du monument aux morts la situerait vers 1920...

Une autre plus récente ne le montre plus...

Quand a-t-il surmonté son perchoir, et quand l'a-t-il quitté ?

Nous remercions le passant qui nous a raconté l'histoire de sa triste fin...

Ce coq était bien là, perché sur sa croix, depuis bien longtemps, jusqu'à ce jour maudit de 1943/1944, où un oiseau, (qui était-il : héron, cigogne, buse ?), vint se poser sur son dos. Le sang de l'abbé ne fit qu'un tour, il courut prendre son fusil pour effrayer l'envahisseur. Il tira quelques plombs dans sa direction, et... atteignit le coq, qui éclata en deux morceaux tombant de part et d'autre du clocher.
Le coq était en bois !

Depuis, aucun autre ne vint le remplacer, jusqu'au 19 juillet 2001, où son descendant, grâce à son créateur, Jean-Yves Prud'homme, bronzier d'art à Tréguier, s'est envolé, pour se poser sur la nouvelle croix qui coiffe le clocher de l'église de Plouzélambre.
Il fait maintenant son office... de girouette et... de paratonnerre...
(et de "paraplombs", étant en cuivre !)

Voici les photos de son envol...

Haut de page


 
 


Le coq gaulois... Ecoutez mon chant mélodieux !!!

Quel succès !!!   2005 est mon Année !!!

Utilisé dès l'Antiquité, on ne peut assurer que le coq servit d'enseigne aux Gaulois, encore qu'il apparaisse sur certaines monnaies.
Il deviendra cependant symbole de la Gaule et des Gaulois à la suite d'un jeu de mots facile; le terme latin gallus signifiant à la fois coq et Gaulois.
Si l'on se tourne vers la littérature profane, coquart signifie fanfaron, coquebert niais ou sot. Le Roman de Renard fait de Chanteclerc, le coq, la dupe attitrée du goupil qui ne cesse de le mettre dans des situations dangereuses ou ridicules. Luxure, folie et sottise sont les attributs du coq que l'héraldique réserve aux familles de bas état.
C'est que notre oiseau est l'exemple paradoxal d'un emblème qui n'a pas été choisi, mais imposé par les ennemis du royaume, et qu'il a fallu ensuite intégrer à grand peine, en lui inventant les significations flatteuses qu'il n'avait pas.
Le coq gaulois apparaît en effet dans les textes anglais et germaniques à la fin du XIIème siècle. Le Romulean indique que le gallus signifie le nombre infini des sots et des fous qui, en toute circonstance, montrent leur imbecillité. Prudente, la traduction française de ce texte remplace ce coq par une poule. Aux XIIIème et XIVème siècles, le coq connaît un succès grandissant dans les prophéties italiennes hostiles à la présence française dans la péninsule, (le coq est alors l'inverse dérisoire de l'aigle impériale), et dans les prophéties anglaises de la guerre de Cent Ans où le fier léopard britannique
"dévaste les lys et fait fuire les coqs".
Le coq gaulois était donc a priori difficile à récupérer. Il le fut pourtant à la suite de deux mouvements convergents : l'histoire nationale redécouvrait timidement les Gaulois tandis que les humanistes ressuscitaient les philosophes de l'Antiquité. En Italie comme en France la célébration du coq blanc, oiseau de Jupiter et de Mercure, refleurit. Trois rois de France successifs purent donc choisir cet emblème. L'Opus Davidicam, dédié vers 1495 à Charles VIII par le moine mendiant italien Jean de Legonissa, s'ouvre sur une page de garde où deux coqs blancs soutiennent l'écu de France
et foulent aux pieds un serpent et un renard.

Trois prophéties y sont insérées : dans la première, le coq royal s'empare de l'empire occidental et oriental pour régner sur un monde enfin converti. Dans la seconde, le coq blanc sauve la nef de Saint Pierre et la conduit au port du salut. Dans la troisième, le coq blanc de la fin des temps rétablit partout joie, abondance et vraie paix.
Le roi de France se mit à s'appeler Gallus.
Louis XII et surtout François Ier, y firent référence.
La Renaissance devait mettre en rapport le coq et la France. Les rois Valois et Bourbons furent parfois accompagnés de cet oiseau symbolisant la France sur des gravures, monnaies, en-têtes de papier timbré, peintures, etc. Versailles et le Louvre connaissent le coq, qui reste cependant un emblème mineur.
En 1665, une médaille officielle fut frappée pour la délivrance du Quesnoy :
le coq gaulois perché sur un olivier met en fuite le lion de Flandre :


La Révolution en fait beaucoup plus large usage: c'est le symbole de la France ou plus précisément celui de la Vigilance,
rejoignant ainsi en quelque sorte le coq des églises qui attend le lever du jour,
image du Soleil de justice, c'est-à-dire du Christ.
Le Directoire le conserve, au milieu d'autres objets, sur son sceau; il somme le casque de la France assise, sur le papier à lettres du Premier consul, et se trouve aussi sur un écu, orné du bonnet phrygien et des lettres R.F., sur une médaille de 1801. Pourtant, si la commission des conseillers d'État proposa, en 1804, le coq à Napoléon Ier, celui-ci déclara n'en pas vouloir: "Le coq n'a point de force, il ne peut être l'image d'un empire tel que la France." Il se fit donc rare par la suite.
En 1817, on déclarait encore à la Société royale des antiquaires de France: "Le coq, gallus, animal consacré au dieu Mars, le symbole de la vigilance, du courage et de la valeur,
fut l'emblème des Gaulois; il est encore celui des Français."
L'imagerie s'empara du coq lors de la révolution de 1830. Le lieutenant général, duc d'Orléans, signa le 30 juillet une ordonnance mettant le coq gaulois sur les drapeaux et boutons d'habit de la garde nationale, et les drapeaux tricolores de l'armée en furent sommés: le coq remplaçait ainsi en quelque sorte l'aigle impériale: la patte dextre du volatile s'appuyait sur une boule marquée du mot France. Le sceau de l'État montre l'écu royal (armes d'Orléans puis tables de la loi représentant la Charte) posé sur six drapeaux dont la hampe est surmontée du coq.
La IIe République fit graver le sceau de l'État qui sert encore, à peine rectifié, pour sceller les constitutions: la Liberté assise y tient un gouvernail marqué
d'un coq à la patte posée sur une boule.

On retrouvera encore le coq sur la hampe des drapeaux de l'armée,
mais le prince-président y mettra l'aigle de son oncle.
Sous la IIIe République le coq fut parfois utilisé sur un écu pour faire pendant aux armes d'un souverain venant en France. La grille du palais présidentiel de l'Élysée s'orna d'un coq du côté des Champs-Élysées (c'est la "grille du coq") et la pièce d'or de 20 francs émise en 1899 porta aussi cet animal.
Lors de la Première Guerre mondiale, on opposa souvent graphiquement coq gaulois et aigle allemande. Cependant, le volatile national ne fait plus partie de la symbolique actuelle, la France étant souvent représentée par une femme coiffée d'un bonnet phrygien, c'est la Marianne des mairies.
La Belgique d'expression française ou Wallonie emploie le coq sur son drapeau et elle l'oppose au lion des Flamands et des flamingants. ___________________________________
(Sources : Encyclopædia Universalis, Quid,
Colette Beaune : "Les Manuscrits des Rois de France au Moyen Age, le Miroir du Pouvoir")

Haut de page


 
 


Le coq des clochers

L'Antiquité avait fait du coq blanc un oiseau sacré, dédié aux dieux, le symbole de la lumière et de l'immortalité de l'âme. L'Ancien Testament glorifiait l'intelligence du coq qui lui permettait de discerner les heures et, dans l'Evangile, le coq chantait trois fois au soir du Jeudi Saint, rappelant à Saint Pierre ses engagements. Le coq fut donc le symbole de la vigilance face aux tentations et aux démons de la nuit.
A partir du VIème siècle, cette qualité devint l'apanage des saints qui ignorent les désirs charnels et veillent sur le peuple de Dieu. La dévotion au soleil levant préchrétienne transformée par Saint Patrick en dévotion au "Soleil de Justice", (le Christ), était restée vive chez les moines Irlandais qui ont rechristianisé
la France aux IVème-IXème siècles, tel Saint Efflam ;
ils ont introduit les coqs de clocher sur le continent.
Les moines, comme le coq, chantent les heures, docteurs de l'Eglise ou prédicateurs chargés d'enseigner les fidèles et d'annoncer le jugement dernier.

Haut de page


 
 


Le coq au cidre

"Le Coq", c'est aussi le nom du repas auquel on convie ses amis
en Haute Bretagne quand on vient de poser la charpente de sa maison.
Il était autrefois coutume de tuer un coq pour cette occasion.

Pour 6 personnes

1 chapon
1 dl d'eau de vie de cidre
4 gros oignons
quelques lardons
1 gousse d'ail
1 bouquet garni
1 feuille de laurier
100 g de champignons
5 ou 6 pruneaux
1 l de cidre brut
2 cuillerées à soupe de beurre
sel, poivre

Couper le chapon en morceaux et les faire revenir au beurre chaud avec les oignons émincés et les lardons. Flamber à l'eau de vie, et couvrir de cidre.
A la première ébullition, réduire le feu et ajoindre le bouquet garni, les pruneaux et les champignons. Saler, poivrer, et laisser mijoter 1 heure à feu moyen.
Oter le bouquet garni.
Verser le tout dans un grand plat creux comme un ragoût.
Présenter comme garniture des pommes de terre à l'eau ou des haricots verts.

Source : La Cuisine de Bretagne (Cuisines du Terroir/Denoël)
Recette de Mme CORBEL, Ferme-Auberge, La Ville-Andon, Plélo


Haut de page

Page précédente

Retour à Plouzélambre

Accueil